Koetzingue en clair et en net

http://www.koetzingue.net/

Gutzwiller (Histoire)

Le village disparu de Gutzwiller


Gutzwiller fait partie des villages disparus avec son histoire et sa légende. Le village se trouvait dans une dépression de terrain au bas d'une petite colline entre Koetzingue et Magstatt le Haut, le long du ruisseau du même nom.

Un rapport de 1101 concernant le couvent bâlois Saint Alban fait état pour la première fois du lieu "GUZEUUILRE". Au 13ème siècle, l'énumération des possessions du couvent mentionne "GUTZWILLER".



On ignore la date précise de la disparition du village. Plusieurs hypothèses ont été avancées : un incendie, le tremblement de terre de 1356 qui détruisit une grande partie de la ville de Bâle et du Sundgau, une épidémie de peste, la destruction par les troupes des Armagnacs. Il s'agirait le plus vraissemblablement des Suédois qui mirent le Sundgau à feu et à sang à partir de 1439. Tous les habitants mâles du village disparu auraient été égorgés vifs dans le ruisseau ...





La disparition de Gutzwiller est confirmée par un document de 1489 qui mentionne que jadis le village avait à payer le cens.

Le ban de Gutzwiller (193 ha) restera terrain commun (en indivis) entre les communes riveraines de Koetzingue, Magstatt le Haut, Rantzwiller et Zaessingue. En 1790, l'administration donna ce terrain à Magstatt le Haut, commune la plus rapprochée. En 1793, le ban de Gutzwiller est cédé arbitrairement à Koetzingue. Un procès de contestation s'ensuit en 1816, l'attribution définitive du ban trouve une issue le 3 mai 1819 : Koetzingue conserve le ban.

Actuellement, plusieurs éléments rapellent encore le village. En premier lieu, la toponymie, tel le lieu-dit "Gutzwiller", le ruisseau et les nombreuses légendes. Certaines traditions locales veulent que les familles de Koetzingue et de Magstatt soient issues de Gutzwiller, et que la localité ait possédé une église.




La légende de la clochette d'argent de Gutzwiller



Cette histoire remonte loin dans le temps. Un soir de Noël un vieil homme, qui s'était quelque peu attardé chez des amis à Magstatt, se mit en route pour gagner Koetzingue. Déjà l'appel des cloches saluant la fin de l'opération du "Heilwoog" s'était éteint dans la nuit, et seule la neige crissait sous les pas du vieillard. Soudainement, un agréable tintement parvint à ses oreilles, d'abord éloigné, à peine audible, puis de plus en plus proche et de plus en plus fort. Les sons semblaient surgir du vallon où avait existé un village, maintenant disparu, nommé Gutzwiller. Cela ressemblait presque à un chant angélique, aux sons d'une harpe. Du coup le vieil homme s'arrêta, conquis. D'un coup tout l'espace retentit de la sonnerie joyeuse des cloches appelant à la messe de minuit. Les messagères répondaient les unes aux autres, mais au-dessus de toutes sonnait le ton argentin de la cloche de l'église disparue de Gutzwiller que ses anciens habitants avaient sauvée en la jetant au fond de la source afin de la soustraire à l'ennemi. Des promeneurs affirmaient d'ailleurs l'avoir entendue sonner au fond de l'eau. Notre homme scruta l'obscurité, cherchant des yeux le site du village. Brusquement la vallée s'éclaira, les maisons surgissaient de la terre, leurs fenêtres étaient gaiement illuminées éclairant le vieux saule rabougri qui se dresse près de la source. Lentement tout s'effaça, la nuit reprit ses droits, le tintement s'éteignit, tout redevint silence. C'est la morsure du vent du nord qui arracha le vieil homme de son étonnement. Il comprit pourtant qu'il venait d'assister à un miracle, la cloche de Gutzwiller qui annonçait la naissance du Christ !


Localisation du Gutzwiller sur Google Maps


Aller sur Google Maps