Connexion...
  Membres: 205

Votre pseudo:

Mot de passe:

Mot de passe perdu ?


  Membre en ligne: 0
  Anonymes en ligne: 19

En clair et en net
Village
Associations
Espace Culturel
Revue de Presse - Portail du Gouvernement

Gouvernement.fr - Toute l'actualité


Suivez toute l'actualité du Premier Ministre au quotidien, l'ensemble de son action et les réformes du gouvernement classées par thématique


Point presse du Premier ministre, Jean Castex, à  l'issue du Conseil restreint de défense et de sécurité nationale  Voir?

23 octobre 2020 - Actualité

Point presse du Premier ministre, Jean Castex, à  l'issue du Conseil restreint de défense et de sécurité nationale

Le Premier ministre, Jean Castex, a tenu un point presse à  l'issue du Conseil restreint de défense et de sécurité nationale du 23 octobre 2020 au Palais de l'Elysée.
 

... / ... Lire la suite

(23/10/2020 @ 15:50)
Conférence de presse sur l'application des mesures contre la Covid-19  Voir?

22 octobre 2020 - Actualité

Conférence de presse sur l'application des mesures contre la Covid-19

Le Premier ministre a présenté, le 22 octobre 2020, les nouvelles mesures contre la Covid-19 décidées la veille en Conseil de défense et sécurité nationale, sous l'autorité du président de la République. Roselyne Bachelot, Olivier Véran et Cédric O étaient présents à  cette conférence de presse.
 

... / ... Lire la suite

(22/10/2020 @ 18:41)
Produire sa propre électricité en milieu rural  Voir?

Panneaux solaires sur le toit d'une ferme
20 octobre 2020

Produire sa propre électricité en milieu rural

Pour impliquer directement les citoyens et les collectivités locales dans la production d'électricité renouvelable, le Gouvernement prend des mesures pour développer l'autoconsommation d'électricité collective.
 
C'était une des propositions de la Convention citoyenne pour le climat : le Gouvernement souhaite accélérer le développement de l'autoconsommation en électricité des Français. L'autoconsommation collective permet en effet de consommer l'électricité produite par ses propres moyens, souvent à  partir de panneaux solaires photovoltaïques.

En novembre 2019, le ministère avait pris des mesures pour faciliter l'autoconsommation collective : tous les habitants situés dans un rayon de 1 km autour de la source de production d'électricité peuvent accéder à  l'énergie ainsi produite.

L'expérience a montré que ce rayon pouvait être trop petit dans les zones rurales, en raison de l'éloignement des auto-consommateurs potentiels. Afin de répondre à  cette particularité, il sera désormais possible pour les opérations situées dans une zone rurale de demander une dérogation dans la limite d'un rayon de 10 km, soit une surface totale 100 fois plus importante qu'actuellement.

Cet arrêté aura un impact concret en permettant l'émergence d'opérations actuellement en projet.
 

... / ... Lire la suite

(20/10/2020 @ 18:00)
Financez les PME avec le label « Relance » !  Voir?

Peintre en bâtiment
19 octobre 2020

Financez les PME avec le label « Relance » !

Vous pouvez désormais orienter votre épargne vers les PME et ETI grâce au nouveau label "Relance" lancé le 19 octobre 2020 par le Gouvernement.
 
La crise sanitaire a fortement affecté la situation financière des entreprises françaises, et notamment des petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI).

Le label « Relance », lancé par le ministère de  l'Économie, des Finances et de la Relance dans le cadre de la feuille de route de la Place de Paris, vise à  permettre à  tout un chacun de participer à  la relance économique de la France en orientant son épargne vers les PME et les ETI.

UN label pour développer l'épargNe grand public...

Le label relance identifie des fonds d'investissement qui s'engageront à  mobiliser rapidement des ressources nouvelles pour soutenir les fonds propres des entreprises françaises, et notamment des PME et des ETI. Les épargnants peuvent ainsi identifier rapidement les placements répondant aux besoins des entreprises, tout en favorisant la mobilisation de l'épargne pour la relance.

La plupart des fonds pourront être souscrits via des supports d'épargne grand public, ce qui permettra à  chacun de contribuer à  la relance à  la hauteur de sa capacité.

...et vertueuse

Un cahier des charges environnemental, social et de bonne gouvernance guidera la politique d'investissement et d'engagement actionnarial des fonds labellisés, qui devront notamment s'engager à  ne pas financer le secteur du charbon.

Les associations du secteur financier et des épargnants s'engagent également à  promouvoir le label dans le respect du devoir de conseil et à  assurer son suivi.

 


 

... / ... Lire la suite

(19/10/2020 @ 15:20)
Jean Castex : "Les mesures sont évidemment difficiles mais chacun agit en responsabilité et c'est heureux"  Voir?

Le Premier Ministre à  Lille
16 octobre 2020

Jean Castex : "Les mesures sont évidemment difficiles mais chacun agit en responsabilité et c'est heureux"

Le Premier ministre s'est rendu au CHU de Lille (Nord) pour y faire un point sur la situation épidémiologique. Puis, le Premier ministre a visité l'entreprise DIAGAST, pour échanger sur l'application des mesures barrières et le déploiement du travail à  distance dans un contexte de 2ème vague de l'épidémie de Covid-19.
 
Covid-19 : déclaration du Premier ministre depuis la métropole de Lille

... / ... Lire la suite

(16/10/2020 @ 15:33)
Application des mesures contre la Covid-19  Voir?

Le Premier ministre au pupitre
15 octobre 2020

Application des mesures contre la Covid-19

Accompagné de quatre ministres, le Premier ministre a présenté en conférence de presse, ce 15 octobre 2020, le détail des mesures prises la veille par le président de la République contre la Covid-19.
 
Application des mesures contre la Covid-19

... / ... Lire la suite

(15/10/2020 @ 19:00)
L'hygiène des mains : un rempart contre les maladies  Voir?

15 octobre 2020 - Actualité

L'hygiène des mains : un rempart contre les maladies

L'hygiène des mains est une mesure essentielle pour réduire la propagation des infections. à€ l'occasion de la Journée mondiale du lavage des mains, ce jeudi 15 octobre 2020, l'OMS rappelle l'importance de ce geste du quotidien.
 
Avec nos mains, nous prenons les objets, ouvrons les portes, utilisons nos claviers, salueons nos amis, etc. Elles sont, de ce fait, un vecteur privilégié de contamination des agents pathogènes.

Comme le rappelle Santé publique France, 80% des microbes se transmettent par les mains soit par contact direct, soit en touchant des objets et des surfaces contaminées puis en portant la main au visage.

contre lA Covid-19

L'hygiène des mains sauve des vies. Se laver les mains à  l'eau et au savon pendant 30 secondes est la mesure d'hygiène la plus efficace pour prévenir la transmission de tous les virus.

Découvrez les étapes clés d'un bon lavage de mains :
 
COVID-19 | Comment faire un lavage de mains efficace ?

 

... / ... Lire la suite

(15/10/2020 @ 15:37)
Autisme : savoir reconnaître les premiers signes  Voir?

13 octobre 2020 - Actualité

Autisme : savoir reconnaître les premiers signes

"Agir tôt" : c'est le message de la campagne, lancée du 12 au 16 octobre 2020, sur les difficultés de développement chez les jeunes enfants. Objectif : sensibiliser les familles sur l'importance de la prise en charge précoce des troubles du développement.
 
Chaque année, plus de 30 000 enfants de moins de 6 ans souffrent de retard de développement. Il est essentiel de mettre en place un accompagnement précoce pour aider ces enfants et ainsi maximiser leurs chances de progression dans leur développement. 

Dépister-Diagnostiquer-éDUQUER

Intervenir précocement auprès des enfants est un des engagements de la Stratégie nationale pour l'autisme au sein des troubles du neuro-développement. Objectif : organiser la prise en charge des enfants de moins de 7 ans présentant des troubles du neuro-développement (TND).
 

Le rôle central des parents

Les parents, au plus près de leurs enfants, sont les mieux placés pour déceler les premiers signes qui doivent alerter.  Entre 0 et 6 ans, l'enfant se développe dans cinq grands domaines : motricité globale, motricité fine, langage, perception-cognition et socialisation. Pour chacun d'eux, des signes simples permettent de déceler des comportements qui doivent interroger, susciter des doutes et alerter.

La campagne "Agir Tôt" a pour but d'informer, mais aussi de guider les familles qui se posent des questions, notamment à  travers une série de 9 films d'animation illustrant de façon simple les signes d'alerte.
 

... / ... Lire la suite

(13/10/2020 @ 14:32)
Protéger les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants  Voir?

Une femme avec ses enfants
13 octobre 2020

Protéger les femmes victimes de violences conjugales et leurs enfants

Le rapport du Haut Conseil à  l'Égalité entre les femmes et les hommes : « Violences conjugales : garantir la protection des femmes victimes et de leurs enfants tout au long du parcours » a été remis ce 9 octobre 2020 à  Élisabeth Moreno, ministre déléguée auprès du Premier ministre, chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l'Égalité des chances.
 
Le rapport souligne cinq fondamentaux mis en évidence par les victimes elles-mêmes :
 
  • les femmes ont besoin d'être crues ;
  • elles ont besoin d'être protégées sans délais via une mise en sécurité et des dispositifs de protection ;
  • elles ont besoin d'accéder à  des soins pour se reconstruire ;
  • elles ont besoin de pouvoir reprendre leur vie en main et, dans cette optique, réaccéder au logement pérenne et à  l'autonomie financière ;
  • parce qu'ils sont des co-victimes des violences conjugales, leurs enfants doivent être considérés comme tels.
Le rapport formule ainsi 44 recommandations concrètes dont une grande partie figure parmi les 46 mesures issues du Grenelle des violences conjugales ou parmi les mesures d'urgence adoptées par le Gouvernement durant la période de confinement.
Comité de suivi de l'exécution des mesures du Grenelle des violences conjugales

... / ... Lire la suite

(13/10/2020 @ 11:04)
COVID-19 | "Il nous faut faire un effort collectif pour se débarrasser de ce virus"  Voir?

12 octobre 2020 - Actualité

COVID-19 | "Il nous faut faire un effort collectif pour se débarrasser de ce virus"

Touchée par la COVID-19, le Dr Emmanuelle Seris, cheffe de service des Urgences-SMUR à  l'hôpital Robert-Pax, témoigne et nous encourage à  continuer de respecter les gestes barrières.
 

... / ... Lire la suite

(12/10/2020 @ 16:29)
Signature du premier contrat de sécurité intégrée  Voir?

Jean Castex à  la tribune de la mairie de Toulouse
9 octobre 2020

Signature du premier contrat de sécurité intégrée

Le Premier ministre s'est rendu à  Toulouse (Haute-Garonne) le 9 octobre 2020 pour y signer le premier contrat de sécurité intégrée. Ces contrats stratégiques sont créés à  l'échelle des communes et consacrent l'engagement réciproque de l'État et des collectivités pour la sécurité de tous.
 
Signature du premier contrat de sécurité intégrée

... / ... Lire la suite

(09/10/2020 @ 15:12)
Visite des lecteurs de "Mon quotidien" et "L'actu" à  Matignon  Voir?

Jean Castex entouré des jeunes en visite à  Matignon
8 octobre 2020

Visite des lecteurs de "Mon quotidien" et "L'actu" à  Matignon

Le Premier ministre a reçu, ce 30 septembre 2020 à  Matignon, de jeunes lecteurs de "Mon quotidien" et de "L'actu". L'occasion de leur confier à  quel point il apprécie les rencontres avec les Français.
 
Visite des lecteurs de "Mon quotidien" et "L'actu" à  Matignon

... / ... Lire la suite

(08/10/2020 @ 17:27)
75ème anniversaire de la sécurité sociale  Voir?

Affiche de 1945
8 octobre 2020

75ème anniversaire de la sécurité sociale

Discours du Premier ministre à  l'occasion du 75ème anniversaire de la sécurité sociale, le 8 octobre 2020.
 
Seul le prononcé fait foi.


C'est dans des circonstances très particulières que je m'exprime aujourd'hui devant vous pour célébrer ce soixante-quinzième anniversaire de la sécurité sociale. Voilà  près d'un an qu'un virus inconnu a fait son apparition à  l'autre bout du monde. Depuis, l'Europe et la France doivent faire face à  une des pandémies les plus graves, peut-être, depuis la Grippe espagnole. Face à  cette crise, nous avons pu, chaque Français a pu, constater la solidité et l'importance de notre système social. Ce système était né lui-aussi d'une crise internationale majeure, la Seconde Guerre mondiale. D'une crise à  l'autre, notre système de sécurité sociale est né, a évolué, s'est réformé et a résisté.

Portée par le Conseil National de la Résistance et conçue par les esprits visionnaires de Pierre Laroque, Alexandre Parodi et Ambroise Crozat, la sécurité sociale est très vite devenue la pierre angulaire de notre édifice institutionnel. Aujourd'hui, elle est le socle sur lequel est bâti le modèle social français. Ce modèle, pardonnez-moi cette expression, a montré sa puissance par rapport à  d'autres formes de société et de système de protection. Les Français, quels qu'ils soient, ont été parmi les mieux protégés dans la crise sanitaire que nous traversons.

Vous pouvez construire toutes les politiques de santé que vous voulez, si les malades n'ont pas les moyens de se soigner, quel que soit leur âge, leurs revenus, leur état de santé, ces mesures deviennent inefficaces parce qu'elles sont, de fait, inégalitaires.

Cette maladie redoutable est venue nous rappeler que notre système était le bon.

Avec ses cent-cinquante mille employés, auxquels je veux rendre hommage, la sécurité sociale a servi de rempart pour protéger les malades et leurs familles, mais aussi la société toute entière. Derrière ce rempart il y avait d'autres femmes, d'autres hommes, mobilisés jours et nuits en milieu hospitalier et dans le secteur libéral pour faire front contre l'épidémie. Honneur leur soit rendu. Aujourd'hui encore, nous devons nous tenir à  leur côté. Nous avons sans délai tiré des conséquences majeures et historiques de cet événement, et ce avant même qu'il ne soit terminé.

C'est l'objet du Ségur de la Santé qui est non seulement un acte de reconnaissance, mais aussi un acte de volonté, volonté d'assurer l'attractivité, le renforcement et l'efficience de notre système de santé, qui constitue plus que jamais l'un des piliers de notre sécurité sociale. Un effort de 9 milliards d'euros, qui est pour partie une remise à  niveau, mais qui est inédit dans son ampleur depuis 1945.

Faut-il rappeler que la sécurité sociale a démontré aussi dans cette crise d'autres forces : lors des derniers mois et dans un délai record, le revenu de tous a été garanti, les droits qui arrivaient à  échéance ont été prolongés pour qu'une crise sociale ne vienne pas s'ajouter à  la crise sanitaire. La sécurité sociale a non seulement protégé les malades et leurs familles, mais elle a été un véritable amortisseur économique et social qui, disons-le ici tout net, a empêché l'effondrement de la France.

Bien évidemment, la sécu de 2020 n'est pas celle de 1945. Et c'est une autre force de cette institution que d'avoir su s'adapter continument aux évolutions structurelles de notre société et de notre économie : évolution de l'économie qui est passée des Trente Glorieuses à  une situation de crise endémique et de croissance en berne, avec des hauts et des bas depuis 1974 ; évolution du monde du travail où l'apparition du chômage de masse s'est conjuguée avec le recul du salariat; évolution de notre structure sociale, marquée par le vieillissement de la population, les transformations de la cellule familiale et les conquêtes des femmes pour le respect de leurs droits fondamentaux, notamment dans le champ professionnel.

Vous le savez, la tendance lourde de cette adaptation a conduit à  l'universalisation croissante de notre Sécu, tant dans ses champs d'intervention que dans ses modes de financement.

Si la sécurité sociale fut créée sur l'impulsion de l'Etat, elle ne se confondait pas avec lui et elle ne se confondra jamais avec lui. Ainsi, la couverture du risque social n'a pas été nationalisée mais bien financée par un système de cotisations obligatoirement acquittées par les employeurs et les salariés. Ce n'était pas l'Etat qui couvrait le risque mais un prélèvement sur les salaires et donc sur le travail.

L'universalisation de la sécurité sociale a conduit le système à  prélever ses financements audelà  des seuls salaires, il a fallu faire le choix de taxer d'autres sources de richesse. Ce fut l'objet essentiel de la création par Michel Rocard de la CSG (contribution sociale généralisée). Cette évolution était évidemment indispensable à  l'universalisation de la couverture sociale mais elle a eu pour corolaire l'affaiblissement du rôle des partenaires sociaux. Pourtant il ne peut y avoir de véritable esprit de responsabilité que dans le cadre d'une gouvernance faisant toute leur place aux acteurs économiques et sociaux.

Le Président de la République, depuis 2017 et dans les mois qui viennent, a voulu que cette grande ¶uvre soit confortée et amplifiée. Dans le sens de l'égalité, de la justice et de la responsabilité, c'est-à -dire dans la fidélité aux principes fondateurs posés par le CNR.

Ce quinquennat sera celui de la création de la cinquième branche dédiée à  l'autonomie tant attendue et jamais réalisée jusqu'ici. Les ordonnances de 1945 cherchaient à  épargner la misère aux travailleurs âgés ; soixante-quinze ans plus tard nous voulons offrir aux personnes handicapées et aux grands aînés et, sur l'ensemble du territoire national, la possibilité de choisir jusqu'au bout leur mode de vie. La loi autonomie qui sera débattue l'an prochain permettra d'en fixer les modalités. D'ores et déjà , les aidants, dont la place est appelée à  devenir de plus en plus importante avec le vieillissement de notre société, peuvent depuis le 1er octobre bénéficier d'un congé indemnisé. Ainsi, ils n'ont plus à  choisir entre l'attention due à  leurs proches et leur place au travail.

Autre réforme majeure, celle de la retraite universelle.

Ce souci d'universalité qui prévalait déjà  à  la création même de notre système en 1945 doit maintenant trouver sa réalisation complète dans un régime universel et lisible par tous. Dès l'origine, les Pères fondateurs avaient hésité à  créer un système strictement égalitaire, mais à  une époque où le salariat dominait largement la société française, ils ont préféré maintenir la juxtaposition de régimes différents. Dans une société qui aspire à  une plus grande égalité de droits réels, et dans laquelle le salariat n'a plus le même poids économique et social, nous devons construire ce changement. Je sais l'inquiétude que cela suscite chez certaines catégories de salariés. Comme je m'y suis engagé devant la représentation nationale, je souhaite que les partenaires sociaux prennent toute leur place dans ce projet engagé par mon prédécesseur. Nous devons également poursuivre l'engagement d'une sécurité sociale au service de l'émancipation. Il y a soixante-quinze ans, la sécurité sociale voulait protéger la vieillesse et la maternité. Aujourd'hui, la société exige l'égalité réelle. Si c'est sur la mère que reposent toutes les contraintes liées à  une naissance puis la garde des enfants, jusqu'à  leur scolarisation obligatoire, où est-elle, l'égalité réelle ? C'est aussi cette exigence que doit honorer la sécurité sociale, et c'est le sens que nous souhaitons donner à  la politique familiale ; prévenir les accidents de la vie, et pas seulement les réparer.

Depuis le 1er octobre, les femmes qui élèvent seules leurs enfants se voient garantir leur pension alimentaire grâce à  la sécurité sociale.

En allongeant le congé de paternité et d'accueil du jeune enfant, et en lui conférant un caractère obligatoire pour 7 jours, nous sommes au c¶ur de cette promesse : celle de mieux contribuer au développement de l'enfant, et celle de progresser encore vers l'égalité entre les femmes et les hommes.

La sécurité sociale rend possible une véritable émancipation lorsqu'elle assume sa fonction de redistribution en donnant plus à  ceux qui ont le moins. C'est ce que nous voulons avec la création de la complémentaire santé solidaire, qui offre une couverture à  la fois plus simple, plus large et plus accessible à  tous ceux qui ont des revenus modestes, notamment après la retraite.

Toutefois, si la crise que nous traversons a révélé la force de notre système, elle est aussi venue le déstabiliser profondément. La pandémie s'est traduite par un déficit de plus de 40 milliards d'euros des comptes de la sécurité sociale. Ce sont plus de dix ans d'efforts de redressement consentis par le pays après la grave crise économique de 2008 qui ont été ainsi anéantis en quelques mois par un virus.

L'investissement financier colossal que nous avons décidé – pour affronter la crise elle-même mais aussi, pour rémunérer les soignants à  la hauteur du service qu'ils rendent à  la France– je l'assume entièrement. Ils sont à  la hauteur de l'engagement pris par le Président de la République au début de l'épidémie. Mais je partage aussi l'inquiétude de nos concitoyens qui redoutent que le poids de ce déficit ne finisse par menacer la pérennité du système.

Nous avons une obligation absolue qui est d'assurer la solidité économique de notre système de protection sociale, pour que nos enfants, et leurs enfants après eux, puissent à  leur tour bénéficier d'une sécurité sociale aussi protectrice qu'aujourd'hui. Les créateurs de la sécurité sociale n'envisageaient pas qu'elle puisse reposer sur une dette laissée aux générations futures.

C'est d'ailleurs bien l'équilibre des comptes qui a prévalu jusqu'à  la fin des années soixantedix, jusqu'au choc pétrolier et à  la crise économique qui a suivi.

Il ne s'agit évidemment pas d'absorber immédiatement l'impact aussi soudain qu'il a été brutal de la crise du Covid, car nous ne le pourrions pas. Nous devons cependant tracer le chemin de la responsabilité, avec les partenaires sociaux, pour un retour à  l'équilibre de notre système.

Nous devons être également exigeants dans la modernisation nécessaire de notre système et surtout de son efficience. C'est un combat permanent, et je sais l'engagement de toutes celles et ceux qui font vivre au quotidien la sécurité sociale. Le système construit par les Pères fondateurs et entretenu avec soin par les générations qui leur ont succédé repose avant tout sur la confiance. Pour construire cette confiance, il nous faut ¶uvrer pour un meilleur recours aux droits de tous les bénéficiaires et lutter fermement contre les phénomènes de fraude.

Que chacun bénéficie du juste droit. Qu'aucune prestation ne soit détournée. C'est l'exigence et l'éthique qui doivent nous guider.

Aujourd'hui, contrairement à  ses débuts, le système de sécurité sociale n'a plus d'ennemis idéologiques et tous les Français, même les esprits les plus libéraux, se le sont appropriés. La Sécurité Sociale n'est pas seulement l'objet d'un consensus national, elle est consubstantielle à  l'idée même que nous nous faisons du Contrat Social. Désormais, je dois le dire ici, le seul ennemi de la Sécurité Sociale, c'est la crise économique profonde. Le Général de Gaulle l'affirmait lui-même il y a plus de cinquante ans, l'économie reste la condition même du progrès social. Aussi, pour rétablir les comptes de la sécurité sociale, et nous les rétablirons, je ne connais que deux leviers : le travail et la restauration de la croissance. C'est la raison pour laquelle nous avons élaboré un plan de relance à  100 milliards d'euros qui s'adresse tout à  la fois aux entreprises et aux particuliers mais qui a été aussi pensé et voulu pour soutenir notre système de protection sociale. Il n'existe pas à  ma connaissance de politique efficace dont chaque partie ne soit solidaire les unes des autres, c'est ce que j'ai voulu vous dire aujourd'hui, dans le cadre de cette commémoration. Notre politique est globale. La sécurité sociale fait partie d'un tout, sans que cela n'enlève rien à  son identité singulière et, j'ose le mot, sa souveraineté.

Ces perspectives tracées par le Président de la République sont aussi un moyen pour nous de dépasser l'horizon de cette crise pour montrer aux Français que non seulement leur système de sécurité sociale a tenu, mais que nous allons le réformer et l'améliorer. C'est le plus sûr moyen de rester fidèles aux enseignements et à  l'héritage de nos grands anciens qui avaient ouvert la voie.

Je vous remercie.
Discours du Premier ministre - 75ème anniversaire de la sécurité sociale

... / ... Lire la suite

(08/10/2020 @ 17:18)
Le congé proche aidant est devenu une réalité  Voir?

Un jeune homme conduisant sa grand-mère en voiture
6 octobre 2020

Le congé proche aidant est devenu une réalité

Depuis le 1er octobre, tous les aidants ont la possibilité de prendre des congés rémunérés pour aider un proche handicapé ou en perte d'autonomie.
 
En France, les aidants sont entre 8 et 11 millions à  soutenir un proche en perte d'autonomie ou en situation de handicap. Ce dévouement solidaire se fait parfois au détriment de la vie personnelle, sociale et professionnelle du proche aidant.

Pour reconnaitre le rôle majeur des aidants, le congé proche aidant est ainsi entré en vigueur. « Ce répit de plusieurs mois leur permettra de se consacrer à  leur proche sans sacrifier leur vie professionnelle et sociale », a souligné la ministre chargée de l'Autonomie, Brigitte Bourguignon.

LE congé proche aidant

Ce congé permet à  tous les aidants de bénéficier de congés rémunérés pour soutenir un proche qui présente un handicap ou une perte d'autonomie d'une gravité particulière. Les salariés du secteur privé, les agents du secteur public, les indépendants, et les demandeurs d'emplois inscrits peuvent ainsi bénéficier de cette aide.

Le congé proche aidant peut durer jusqu'à  3 mois en l'absence de dispositions conventionnelles. Il peut toutefois être renouvelé jusqu'à  un an sur l'ensemble de la carrière du salarié.

Ce nouveau droit fait partie d'une réponse plus globale qui prendra la forme d'un projet de loi autonomie, porté par le Gouvernement dans les prochains mois. Le congé proche aidant « n'est qu'un des moyens de soutenir ces aidants qui ont besoin aussi d'informations claires, d'accompagnement, de répit », a rappelé la ministre chargée de l'Autonomie.

obtenir l'allocation journalière du proche aidant (AJPA)

D'une valeur de 43,83 euros par jour pour les personnes en couple et de 52,08 euros pour les personnes seules, l'allocation est versée par les caisses d'allocation familiales (Caf) ou de la mutualité sociale agricole (MSA).

Pour en bénéficier, l'aidant doit accompagner un proche handicapé ou en perte d'autonomie d'une particulière gravité résidant en France. Par rapport à  l'aidant, la personne accompagnée doit être :
  • en couple avec l'aidant ;
  • être son ascendant ou son descendant ou son collatéral jusqu'au 4e degré (frère, s¶ur, tante, oncle, cousin(e) germain(e), neveu, nièce...) ;
  • être le parent de l'enfant dont l'aidant assume la charge ;
  • être une personne âgée ou handicapée avec laquelle l'aidant réside ou avec laquelle il entretient des liens étroits et stables, à  qui il vient en aide de manière régulière et fréquente à  titre non professionnel.

... / ... Lire la suite

(06/10/2020 @ 11:01)
Ferroviaire : "Trois dispositions importantes ont été actées aujourd'hui"  Voir?

Jean Castex au technicentre SNCF du Brézet, à  Clermont Ferrand (Puy-de-Dôme)
5 octobre 2020

Ferroviaire : "Trois dispositions importantes ont été actées aujourd'hui"

Le Premier ministre était au technicentre SNCF du Brézet, à  Clermont Ferrand (Puy-de-Dôme) le 5 octobre 2020. Jean Castex y a présenté les principales mesures prises, dans le cadre du plan de relance, en faveur de la ligne Paris-Clermont-Ferrand, du développement du fret et des petites lignes auvergnates.
 
Ferroviaire : "Trois dispositions importantes ont été actées aujourd'hui"
 

... / ... Lire la suite

(05/10/2020 @ 15:34)
Le budget vert français : une première mondiale  Voir?

Illustration du budget vert avec industries, logements...
5 octobre 2020

Le budget vert français : une première mondiale

La France est le premier pays au monde à  mesurer l'impact du budget de l'État sur l'environnement.
 
Le premier «budget vert» a été présenté en même temps que le projet de loi de finances (PLF) pour 2021. La France devient ainsi le premier pays au monde à  réaliser une évaluation environnementale de l'ensemble de son budget.

Le « budget vert » confirme un budget pour 2021  avec près de 43 Md€ de dépenses favorables à  l'environnement.

Elles recouvrent :
 
  • les dépenses dites « vertes », c'est-à -dire favorables à  l'environnement sur au moins un axe environnemental sans être défavorables par ailleurs, qui atteignent 38,1 Md€ en 2021 ;
  • les dépenses « mixtes », qui ont un impact favorable sur un ou plusieurs axes environnementaux et par ailleurs un impact défavorable sur d'autres axes environnementaux, qui représentent 4,7 Md€ en 2021. Il s'agit principalement des infrastructures de transport, notamment ferroviaires.
Ces dépenses favorables à  l'environnement augmentent de 8,5 Md€ entre 2020 et 2021, signe du très fort engagement du Gouvernement en faveur de la transition écologique.

Plus qu'un simple effort de transparence et de lisibilité, le « budget vert » constitue un nouvel instrument qui sera renouvelé et approfondi chaque année, pour mieux intégrer les enjeux environnementaux dans le pilotage des politiques publiques.
 

... / ... Lire la suite

(05/10/2020 @ 11:04)
Déplacement du Premier ministre dans les Alpes-Maritimes  Voir?

Jean Castex accompagné du préfet et du ministre de l'Intérieur
3 octobre 2020

Déplacement du Premier ministre dans les Alpes-Maritimes

Accompagné du ministre de l'Intérieur, Jean Castex s'est exprimé sur la tempête en allant sur place dans les Alpes-Maritimes, ce 3 octobre 2020.
 
Déplacement du Premier ministre dans les Alpes Maritimes

... / ... Lire la suite

(03/10/2020 @ 00:00)
Ce qui change au 1er octobre 2020  Voir?

ce qui change au 1er octobre 2020
29 septembre 2020

Ce qui change au 1er octobre 2020

MaPrimeRénov, livret de développement durable et solidaire (LDDS), congé du proche aidant... Le point sur quelques changements importants pour la vie quotidienne.
 

Des congés rémunérés pour les proches aidants

Tous les aidants ont désormais la possibilité de prendre des congés rémunérés pour une durée maximale de trois mois renouvelables et jusqu'à  un an sur l'ensemble de la carrière du salarié. En savoir plus.

Prise en charge jusqu'à  90 % des travaux de rénovation thermique

L'aide prévue dans le plan de relance est applicable sur les devis signés après le 1er octobre 2020. Renseignez-vous sur le site internet dédié : MaPrimeRénov'.

Faire un don avec son Livret de développement duraBle et solidaire (LDDS)

Un décret du 30 mai 2020 vous permet de faire un don à  un acteur de l'économie sociale et solidaire (ESS) directement à  partir de votre LDDS, sans passer par un compte bancaire.

Prise en charge du chômage partiel

La prise en charge de l'activité partielle de longue durée mise en place pour faire face à  la Covid-19, initialement prévue pour s'arrêter ce 1er octobre, est maintenue jusqu'à  l'été prochain. En savoir plus.

Entrée en vigueur de la "loi anti-cadeaux" dans le secteur de la santé

Afin d'éviter que les avantages offerts par les fabriquants ou commerçants des produits ou des prestations de santé ne deviennent les instruments de pratiques corruptives, un décret du 15 juin 2020 entre en vigueur. Voir le décret.

Prix du gaz

Si les tarifs réglementés d'ENGIE augmentent de 4,7 % par rapport au barème en vigueur depuis le 1er septembre, il est à  noter que depuis le 1er janvier 2019, les tarifs réglementés de vente de gaz d'ENGIE ont baissé en tout de 20,4 %. En savoir plus
 

... / ... Lire la suite

(29/09/2020 @ 16:44)
Accord de partenariat avec les régions de France  Voir?

Le Premier ministre en conférence de presse avec les présidents de région
29 septembre 2020

Accord de partenariat avec les régions de France

Le Premier ministre, accompagné de Mme Jacqueline GOURAULT, Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, et de M. Alain GRISET, Ministre délégué auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de la Relance, chargé des Petites et Moyennes Entreprises ont réuni les présidents de région pour la signature de l'accord de partenariat avec Régions de France.
 
Accord de partenariat avec les régions de France

... / ... Lire la suite

(29/09/2020 @ 11:51)
Le projet de loi de finances 2021 au service de la relance  Voir?

Illustration
28 septembre 2020

Le projet de loi de finances 2021 au service de la relance

Redresser l'économie tout en préparant la France aux défis de demain : tel est l'objectif du projet de loi de finances (PLF) 2021, qui prend appui sur les 100 Md € du plan de relance.
 
"Le PLF 2021 que nous avons présenté avec Olivier Dussopt ce matin est un budget de relance. Il répond à  l'urgence immédiate des dizaines de milliers de PME, entrepreneurs, indépendants qui ont encore besoin du soutien de l'État pour faire face aux conséquences de la crise."
Bruno Le Maire, le 28 septembre 2020

L'ambition du PLF 2021 est :
 
  • d'assurer, grâce au Plan France Relance, le retour au niveau d'activité d'avant-crise d'ici à  2022 ;
  • de financer des investissements pour innover, moderniser et transformer le modèle économique et social rendu plus compétitif et durable.
Ainsi, les mesures prises par le Gouvernement doivent contribuer à  une forte croissance en 2021 (+ 8 %), après une année 2020 en net recul en raison de la crise du Coronavirus.

Un PLF VERT au service de la relance économique

Avec la présentation de l'impact environnemental des dépenses budgétaires et fiscales,  la France est le premier pays au monde à  présenter un budget vert.

Plusieurs mesures soutiennent cette ambition pour la transition écologique, assurée par 30 Md € d'investissements en faveur de :
  • la rénovation énergétique des bâtiments publics et privés ;
  • la décarbonation de l'industrie ;
  • la transition agro-écologique de notre système agricole et alimentaire ;
  • le développement de la filière hydrogène vert, de l'économie circulaire, de la mobilité verte et du développement des infrastructures adaptées.

Un PLF au service de l'innovation, de la modernisation et de la transformation de la France

L'objectif est de renforcer la compétitivité et l'indépendance de l'appareil productif par :
  • une baisse importante et pérenne des impôts de production ;
  • le renforcement des fonds propres et des solutions de financement des entreprises ;
  • le soutien à  l'innovation, à  la transition numérique des entreprises et à  l'export ;
  • des investissements au service de la souveraineté technologique de la France.

Un PLF au service de la cohésion sociale et territoriale

La crise du Coronavirus ne doit pas accentuer les inégalités. Le Gouvernement entend ainsi accompagner le retour à  l'emploi des publics les plus fragiles. Le Plan France Relance aidera également les jeunes à  trouver leur place et soutiendra les ménages les plus précaires sur l'ensemble des régions.

Le pilotage responsable des finances publiques doit contribuer à  atteindre ces objectifs, notamment par la stabilisation de l'emploi public, la recherche d'efficacité de la dépense et la transformation de l'action publique - avec la modernisation de la politique du logement ou une meilleure gestion de la politique de l'apprentissage.
 

... / ... Lire la suite

(28/09/2020 @ 16:08)

Dernière mise à jour : 23/10/2020 @ 16:42

Bons plans, à voir ...
Sondage
Etes-vous satisfait de votre accès Haut Débit actuel (Internet, TV, multimédia) ?
 
oui
non
ne sais pas
s'en moque
Résultats
Revue de Presse
Agenda

Ajouter un évenement

Recherche



Partenaires

Soutenez votre site


Koetzingue en clair et en net sur facebook


Annuaire des communes de France -communes.com


Alsannuaire. Le moteur de recherche 100% alsacien

Koetchat
^ Haut ^